BobosProlos

Le Code du travail, comme la pollution, les Goodyear et Notre‑Dame‑des‑Landes, c’est un seul et même combat : contre l’oligarchie.

On le sait, désormais : ils iront jusqu’au bout. Ils raseront les forêts. Ils videront les mers des thons, des baleines, des sardines. Ils pressureront les roches. Ils feront fondre les pôles. Ils noirciront l’Alaska. Ils réchaufferont l’atmosphère jusqu’à ébullition. Ils nous vendront un air coté en Bourse. Ils affameront des continents. Ils sauveront les banques avec nos retraites. Ils solderont les routes, les îles, les jardins publics au plus offrant. Ils spéculeront sur nos maisons, notre santé, notre éducation. Ils mettront, à force de stress, la moitié des travailleurs sous antidépresseurs – et l’autre moitié au chômage. Ils lèveront des impôts sur nos égouts, nos chaussettes, notre haleine – plutôt que de toucher à leurs bénéfices. Le doute n’est plus permis : qu’on les laisse faire, et tout ça ils le feront. Voilà leur programme pour ne rien changer, ou si peu.

Pour préserver leurs privilèges, leurs dividendes, leurs jets privés, leurs allers-retours en classes affaires. Pour se bâtir des ghettos sociaux, sécuritaires, climatiques – où les plus riches de nos enfants, les plus serviles, les plus laquais, seront admis en leur compagnie.

Cette même démarche est à l’œuvre chez Econocom, en France comme ailleurs en Europe ou dans le monde. Les plus dociles, les quelques-uns qui ont fait leur la « culture » d’entreprise, furent admis avec l’aristocratie d’Econocom pour un joli voyage. Les autres, la grande masse, devront se contenter des miettes qu’on voudra bien leur jeter à l’occasion des NAO. Entre les deux, quelques « méritants » auront droit à de maigres augmentations.

Pendant ce temps-là, les actionnaires se partageaient 16 M€ de dividendes en 2015. Notre PDG détient plus de 40% du capital, soit un dividende de 18000€ par jour. Pour 2016 ce sera sans doute encore plus. Regardez votre fiche de paye…

Tout cela ils le font grâce, ou malgré, les lois actuelles, le Code du Travail tel qu’il est encore applicable.

Mais ça ne leur suffit pas, puisque nos dirigeants, par l’intermédiaire de leur syndicat (le MEDEF, ils sont presque tous syndiqués, eux) en veulent encore plus.

Et la future « Loi Travail » est en préparation pour le leur donner.

Oubliez le CDI, qui ne sera plus qu’un CDD déguisé. Le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif est loin d’être abandonné, contrairement à ce que certains croient. Votre CDI aura un prix maximum, une prime de précarité, comme celle déjà payée pour les CDD actuels.

Oubliez les astreintes, elles seront considérées comme du repos normal. Seul le temps d’intervention réel sera comptabilisé. Et…

Oubliez les heures supplémentaires, qui ne seront bientôt plus comptabilisées, ou mal rémunérées. La pseudo protection d’un accord préalable est un leurre, spécialement chez Econocom ; il suffit pour s’en convaincre de lire l’accord 35h d’Econocom Osiatis France, signé par l’ensemble des syndicats de cette entreprise, et qui a vocation à bientôt s’appliquer à l’ensemble des services. Nul doute que ceux-ci s’empresseront de signer la modulation du temps de travail sur 3 ans à la moindre « pression » de la Direction.

Oubliez les NAO (Négociations Annuelles Obligatoires), qui ne seront tenues qu’une fois tous les trois ans. Il est vrai que la Direction les résume à une mascarade, un faux semblant de négociation, alors pourquoi les conserver ?

Oubliez les congés bien organisés. Les dates de congés pourront être modifiées au dernier moment.

Il serait trop long de lister ici l’ensemble des attaques à l’encontre de vos conditions de travail que les patrons en général, et nos patrons en particulier, essayent d’imposer par ce texte.

La participation de l’ensemble des salariés est essentielle,

Si vous devez vous mobiliser une seule fois cette année

c’est à cette occasion

Le jeudi 24 mars 2016, pour la manifestation

Et surtout

LE JEUDI 31 MARS 2016

TOUS EN GREVE !!

TOUS DANS LA RUE !!

Written by adminwp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *