image001Ce mercredi 4 mars 2015 s’est tenue la première réelle réunion des NAO 2015 (Négociation Annuelle Obligatoire).
Les syndicats ont exposé leurs revendications, et la Direction ses propositions.

Les syndicats d’Unis Chez Econocom, parlant d’une même voix, ont demandé que soient satisfaites les revendications suivantes :

  • Revalorisation Générale des salaires de 4% sur la masse salariale pour l’ensemble des salariés.
  • Augmentation de 2% en plus de l’augmentation générale demandée ci-dessus pour les salariés n’ayant pas eu d’augmentation depuis plus de trois ans sur le salaire annuel, 2% de plus pour ceux sans augmentations depuis plus de 6 ans, et encore 2% de plus pour plus de 9 ans.
  • Prime dite de « treizième mois » : au vu des résultats affichés par le Groupe Econocom en 2014, attribution d’une prime supplémentaire de « treizième mois » à l’ensemble des salariés répartie sur 3 ans.
  • Maintien du salaire par l’employeur pour les congés paternité au-delà de la prise en charge par la Sécurité Sociale.
  • Revalorisation de l’indemnité forfaitaire journalière repas à 8,93€ (plafond Urssaf).
  • Revalorisation de l’indemnité repas nuitée à 20 € (en cas de grand déplacement)
  • Remboursement de la participation transport employeur à hauteur de 60%
  • Engagement de la Direction de solder le traitement du dossier TEPA (heures supplémentaires défiscalisées)
  • Mise en place d’un budget spécifique hors augmentation générale pour le traitement de l’égalité professionnelle homme/femme.

La Direction a répondu par les propositions suivantes :

  • Mise en œuvre d’un budget d’augmentations individuelles liées à des changements de postes avec prise de compétences et/ou de responsabilité de 0.25 % de la masse salariale au 1er mai 2015. Ce budget intègre les variations de part variable à objectifs atteints. Conditions d’éligibilité : contrat CDI, présence antérieure au 01/05/14 (augmentation individuelle effectuée en octobre pour ceux qui ont bénéficié d’une AI ou prime au second semestre 2014).
  • Mise en œuvre d’un budget d’augmentations individuelles de 0.35 % de la masse salariale au 1er octobre, sous condition d’objectifs CA et résultat atteints à fin juin 2015, post comptabilisation.
  • Mise en œuvre d’un budget de primes individuelles de 0,20 % de la masse salariale au 1er mai 2015. Conditions d’éligibilité : contrat CDI, présence au 1er janvier 2014 minimum. Ce budget concerne prioritairement les salariés n’ayant pas bénéficié de prime exceptionnelle en 2014.

L’ensemble de ces mesures représentant 0.80 % de la masse salariale.

Comme d’habitude les propositions de l’entreprise sont complètement sous-évaluées par rapport aux revendications syndicales et aux besoins des salariés. D’autant plus que le part liée aux résultats de l’entreprise sera économisée, les objectifs étant certainement fixés de sorte qu’ils ne soient jamais atteints.
Nous faisons face, comme toujours, au refus de toute idée d’augmentation générale, ni même de rattrapage pour des salariés qui n’ont pas bénéficié de revalorisation de leur salaire depuis de nombreuses années, alors même que le coût de la vie n’a de cesse d’augmenter et que la perte de pouvoir d’achat peut être estimée à 10 ou 12% sur la dernière décennie.
C’est d’autant plus choquant que les bénéfices du Groupe sont pourtant bien réels, le résultat opérationnel approchant les 95 millions d’euros, et que des dividendes seront de nouveau versés cette année. Ce n’est bien sûr jamais assez pour satisfaire la voracité des actionnaires (au rang desquels on compte certains directeurs d’Osiatis), mais les salariés d’ESR, qui représentent en effectif environ 10% du Groupe, pourraient légitimement profiter eux aussi des fruits de leur travail.

A la Direction de nous faire mentir, nous n’attendons que ça.

Written by adminwp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *